vendredi 19 janvier 2018

Meilleurs voeux !


Avec de la couleur même dans la grisaille...

(Carte postale des années 1930)



jeudi 11 janvier 2018

Des jouets d'Hellé à l'Art Institute of Chicago


Oh, qu'il est dynamisant de travailler avec les musées américains ; le plus souvent réactifs, partageurs et enthousiastes ! Ce sont les très fructueux échanges avec Camille Grand-Dewyse de l'Art Institute de Chicago que nous souhaitons honorer aujourd'hui, par la remise officielle (bien que virtuelle) d'un tableau d'honneur signé A. Hellé. 

L'aventure commence en juin dernier, quand la conservatrice du Musée du jouet de Poissy met judicieusement en contact l' "Association des Amis d'Hellé" avec une jeune gestionnaire de collection, qui  doit identifier une collection de jouets français en bois retrouvés dans les réserves du prestigieux musée américain. 


Photo Courtesy the Art Institute of Chicago, 2017


Les nombreuses photos expédiées se rattachent toutes à l'exposition THE FRENCH TOY qui eut lieu à Chicago en 1918 pour promouvoir le "Jouet français" au détriment du "Jouet allemand". On y trouve deux compositions de bois qui nous intéressent tout particulièrement : l'ARCHE DE NOE (création 1911) et LE MOULIN JOLI (création 1912) de l'artiste Hellé. 

Si nous possédons le premier jouet dans sa version originale, il n'en est pas de même pour le second, dont nous ne connaissions jusque là que les représentations illustrées des catalogues de Noël des Magasins du Printemps. La découverte inopinée des coloris du Moulin joli (surtout les surprenantes ailes roses) nous enchanta littéralement ! 


Photo Courtesy the Art Institute of Chicago, 2017


Nous renvoyons les amateurs au catalogue de l'exposition elle-même, dont la couverture s'orne des chiens articulés de Caran d'Ache en 1918 et dont les pages intérieures égrènent les créateurs de pointe du Renouveau du Jouet artistique français (en ligne ici). C'est en page 14 et à l'enseigne des Magasins du Printemps, qu'on apprendra que l'Art institute exposait également "La cité industrielle", "La gare", "Le poste de DCA" (défense anti-aérienne), "Le régiment de chasseurs alpins", "Le moulin joli" et "l'Arche de Noé". Seuls les deux derniers jouets sont de Hellé proprement dit, les quatre autres articles (datés des temps de guerre) sont dûs à sa collaboration avec son collègue illustrateur et ami Carlègle (Charles Emile Egli de son vrai nom). 

Que l'année 2018 nous apporte d'autres compagnonnages aussi généreux que celui là ! Tous nos voeux de réussite et nos plus vifs remerciements à Camille et à l'Art Institute de Chicago. 

B. M.


samedi 16 décembre 2017

Bonnes fêtes


Meilleurs voeux ailés,

avec la médiathèque André Hellé !
 



vendredi 8 décembre 2017

Les alliés au Musée du jouet


Dans la série "l'objet du mois", le Musée du jouet de Poissy vient de choisir "les soldats alliés" d'André Hellé




Soldats alliés Soldats alliés, André Hellé, France, 1917, tissu imprimé, carton, sciure, H. 17 cm. Collection du Musée du Jouet de Poissy, MJ.2003.9.1 à 6. 

Ces six soldats alliés ont été dessinés par André Hellé pour le magasin Le Printemps il y a exactement cent ans, en 1917. Incassables, leur corps est bourré de sciure et leurs bras sont articulés. Chacun d’entre eux représente un pays allié de la France au début de la Première Guerre mondiale : un Poilu, un Cosaque, un Tirailleur, un Tommy, un Bersaglier et un Serbe. Sous le nom de « Tommy » se cache un soldat britannique, le « Bersaglier » est italien, le « Cosaque » est russe, alors que le « Tirailleur » est sénégalais. Quant au Poilu, il s’agit bien sûr d’un soldat français. 

Le visuel de ces petits soldats de tissu est directement tiré d’une illustration proposée par André Hellé dans la table des matières de l’Alphabet de la Grande Guerre publié par Berger-Levrault en janvier 1917, dans une vision esthétisante de la guerre, et dans un esprit de glorification de l’industrie française, face aux jouets allemands. Vecteurs de propagande, et devant donner envie aux petits garçons de défendre leur patrie, ces soldats dégagent cependant une bonhomie amicale avec leur apparence rebondie. 

André Hellé est le nom d’artiste que prend André Laclôtre en 1897 lorsque sa carrière d’illustrateur débute. Très rapidement, il participe à l’essor de la presse enfantine, dont le nombre de publications croît sensiblement au début du XXe siècle. Il se démarque notamment en animant les jouets populaires de l’époque. Fort de son esthétique, il se lance dans la création de jouets, avec sa célèbre Arche de Noé présentée au catalogue d’étrennes 1911 des Grands magasins du Printemps et conservée au sein du Musée du Jouet. 

Aujourd’hui, trois jouets et six albums pour enfants d’André Hellé sont conservés au Musée du Jouet de Poissy ayant donné l’occasion d’une exposition en 2012, « Drôles de Jouets! André Hellé ou l’art de l’enfance ».

vendredi 30 juin 2017

Petites annonces


Quand il s'agit de retracer une histoire dont les sources ont quasiment disparu, les documents les plus modestes sont parfois parmi les plus précieux. 

C'est le cas des annonces publicitaires, pas si faciles à rencontrer, qui apportent de petites informations très éclairantes. En voici trois exemples, jusqu'ici non répertoriés à notre connaissance.




A gauche : publicité pour les éditions Berger-Levrault, vers 1917.
A droite : annonce de la publication de l'Arche de Noé (Drôles de bêtes), 
La Vie parisienne, 30 décembre 1911.
Ci-dessous : publicité pour "Le village français", dans le catalogue joint à l'album d'Hellé
French Toys, édité aux USA en 1915.


dimanche 28 mai 2017

La bergère, le berger et les Playmobil...






Deux compositions de bois d'André Hellé, "le berger" et "la gardeuse d'oies", apparaissent médiocrement photographiés dans le Bulletin de la vie artistique du 1er janvier 1920 et s'appliquent à vanter la qualité des jouets d'après-guerre, pour mieux inciter les Français à honnir les jouets allemands, autrefois prépondérants sur le marché


Nous avions déjà relevé le premier modèle (sans attribution de nom) dans un catalogue de jouets des Grands Magasins du Printemps, daté de 1917 et nous retrouvons le second dans une publicité de 1921-22 pour l'atelier Brepson (Brepson était un atelier sous-traitant spécialisé dans les "jouets artistiques en bois", et par ailleurs éminent fabricant de puzzles).


Ces deux modèles ont été volontairement agrandis lors de leur scrupuleuse recréation par un artisan contemporain, compagnon de route de notre association, et présentés dans les expositions que nous menons régulièrement en hommage à l'artiste. Le changement d'échelle montre de manière convaincante la modernité des volumes et l'harmonie des proportions voulues par l'illustrateur. 
Cette vision synthétique préfigure la rationalité technique des fameuses figurines de plastique "Playmobil", si chères aux enfants d'aujourd'hui. Les commentaires des visiteurs en attestent manifestement ! 


B.M.


1. LE BERGER



1920, Bulletin de la vie artistique (photographie)

 
1917, publicité (catalogue de jouets des Grands magasins du Printemps)





2. LA GARDEUSE D'OIES
 

Photo, 1920
 
 
 Publicité Didot-Bottin 1921-1922


3. REALISATIONS CONTEMPORAINES


 Exposition "Histoires de jouer" 2017, Orangerie de Sucy. Restitution O.M.

Exposition "Lire et jouer avec André Hellé" 2016, Médiathèque A. Hellé, Boissy Saint Léger. 
Restitution O.M.

jeudi 18 mai 2017

Exposition de 1925


Le Salon international des Arts Décoratifs et Industriels modernes, qui couvrit de ses multiples pavillons l'esplanade des Invalides à Paris en 1925, fut sans doute la plus marquante exposition d'arts décoratifs jamais organisée. Elle marqua l'émergence d'un nouveau style, en rupture avec l'Art nouveau des années 1900 : l'Art déco.



Dans le rapport de l'exposition, le duo Hellé & Carlègle ne compte pas moins de quatre entrées dans la Classe 16, consacrée aux jouets et à l'enfance.
Ainsi l'Arche de Noé, En promenade, Le moulin, Les quilles Grenadiers (au sein d'un ensemble de mobilier pour enfants conçu par Hellé) eurent-ils l'honneur d'y être reproduits. 
Les deux textes qui suivent, sont extraits du même rapport et cernent, en peu de mots, les visées artistiques et économiques des deux artistes, virtuoses du jouet de bois.




 

 

On remarque également, dans la classe 15 consacrée à "L'art et l'industrie du livre", une reproduction en couleurs d'une page de l'album "La Belle histoire que voilà", publié chez Berger-Levrault (en ligne sur le site du CNAM). Hellé est le seul auteur jeunesse cité dans ce chapitre consacré aux illustrateurs du temps.
 


dimanche 14 mai 2017

L'Arche de l'Assemblée


Quand Hellé ironise sur les parlementaires, peu après la grande inondation de 1910. 

« La Crue bienfaisante », texte et illustrations d'André Hellé, fut publié dans La Vie parisienne du 6 décembre 1913. Une trouvaille de l'ADANAP, Amicale des Amateurs de Nids à Poussière ! 



 

samedi 29 avril 2017

Une collection rare (suite)


Il y a quelques mois nous avions dressé l'inventaire de la jolie collection "A colorier, à découper", réalisée par André Hellé pour Berger-Levrault (article en ligne ici). 

Douze titres ont été publiés, les six premiers en 1926-1929, les suivants en 1933-1936. 

Ces albums ne sont pas courants (ils ont en général été soit détruits par les ciseaux des enfants, soit jugés trop modestes pour être conservés), et nous n'avions pas réussi à trouver de visuels pour deux d'entre-eux. 

C'est désormais chose faite, l'un ayant été trouvé par l'ami Jean-Hugues Malineau quelques mois avant sa disparition, l'autre grâce à l'amabilité d'Hélène Valotteau, conservatrice du fonds patrimonial de l'Heure Joyeuse, que nous remercions vivement !


 Collection L'Heure  joyeuse / Médiathèque Françoise Sagan, Paris 10e 
Reproduction interdite sans accord préalable

 Collection J.-H. et F. Malineau - Reproduction interdite sans accord préalable


samedi 22 avril 2017

Souvenirs...





Une lectrice de la Médiathèque André Hellé à Boissy Saint Léger nous a appris que les parents d'André Hellé (Laure et Pierre Gédéon Laclôtre) s'installèrent, sur leurs vieux jours, au 1 rue du Temple, à quelques rues seulement de la pharmacie paternelle si souvent citée dans les Souvenirs d'un petit garçon (Berger-Levrault, 1942).


 



Il nous a fallu peu de temps pour faire le lien avec la première vignette du livre de Souvenirs. La maison représentée dans l'avant-propos, pourrait-elle être justement celle du 1, rue du Temple ? Ne restait plus qu'à vérifier, en nous rendant sur place.





Malgré le re-lookage en "salon de beauté", on reconnaît aisément la façade de la "vieille maison d'Ile de France" où André Hellé raconte avoir retrouvé son "cahier d'écolier". Hellé a respecté les détails, par exemple le nombre de fenêtres, qui permettent même de jouer aux jeu des 7 erreurs et de repérer les transformations que la bâtisse a subies depuis.

La maison familiale était alors en vente, suite au décès de Pierre-Gédéon Laclôtre en 1939, deux ans après son épouse. L'artiste entame donc son travail de mémoire dans le sillage de ces disparitions familiales et son livre de souvenirs paraît en 1942.

Ces derniers faits confirment, si besoin était, que les Souvenirs d'un petit garçon 1871-1883 sont purement autobiographiques, et chaque fait y est réel, même si le conteur fait endosser les aventures à un prétendu cousin, licence poétique oblige...

Merci à Mme F. R. (fille d'une ancienne pharmacienne de la rue de Paris à Boissy), rencontrée lors de l'inauguration de la médiathèque et dont la famille reçut les Souvenirs des mains mêmes de l'illustrateur.

B.M.







mardi 11 avril 2017

Hellé soldé !




Saison des étrennes, Paris 1924





Les Galeries Lafayette proposent des "affaires exceptionnelles" au rayon librairie-jeunesse. Parmi d'autres albums, aisément identifiables, deux des plus beaux titres d'André Hellé, qui dégringolent de 15 fr à respectivement 9,25 et 9 fr.

Publiés tous deux chez Berger-Levrault en 1919, l'Histoire de Quillembois, soldat et La belle histoire que voilà durent s'avérer trop coûteux pour la clientèle française qui se relevait à peine des affres de la Grande guerre. 

Leur prix élevé était sans doute justifié par le soin extrême, apporté par Robert Steinheil (imprimeur d'art et époux de Marguerite Berger-Levrault) aux oeuvres de l'artiste, dont il était devenu l'éditeur de prédilection. Le raffinement de l'impression au pochoir sur de confortables planches, au format 32 x 25 cm, n'étaient visiblement pas dans l'air du temps. 

On notera la mention honorifique de "très bel album" attribuée au dernier ouvrage. Paradoxalement, ces deux titres sont loin aujourd'hui d'être les livres les plus courants d'Hellé, et l'Histoire de Quillembois est devenu très rare en bel état.



 Histoire de Quillembois, soldat, Berger Levrault, 1919. 
Collection du Musée du jouet, Poissy, photo R.P. Ribière.


  La belle histoire que voilà, Berger-Levrault, 1919. 
Couverture et page intérieure : "L'escargot bleu".
Collection M.C.H.


lundi 20 mars 2017

 
Notre ami Jean-Hugues Malineau, co-fondateur de l'association, Hellé-niste de la première heure et insatiable collectionneur,
 
nous a quittés le  9 mars, pour rejoindre le Paradis des poètes
 
Notre peine est infinie.
 
Sa bienveillance, sa sincérité et sa quête inlassable de livres rares, nous manqueront énormément.

Les amis d'André Hellé
 
Quelques hommages (cliquer sur les titres) : Le MondeLe Courrier picard / Lu ci & co (Lucie Cauwe) / Livres Hebdo / Li&Je
 

  
Jean-Hugues, classe de CM1, St Angeau 2016
 

dimanche 15 janvier 2017

Ecologie



Un Hellé "visionnaire" découvert par l'excellente page Töppferiana Comics sur Facebook.

« Un coup de tête », dans Le Rire du 21 mai 1910.




Légendes : 

1. La Terre s’embête !! Elle en a maintenant assez
2. Sous prétexte de progrès, on l’enfume
3. Sous couleur de civilisation, des bêtes immondes rampent sur toutes ses faces
4. Elle étouffe !!! Tout autour d’elle l’air, jadis pur, est rempli de dirigeables et d’aéroplanes
5. On lui fouille l’épiderme pour y trouver du charbon
6. De doux maniaques, qui s’appellent Cook, Peary ou Charcot, s’obstinent à vouloir lui gratter les uns, le crâne, les autres, le menton
7. On lui colle un peu partout des ornements bizarres dont elle se passerait volontiers
8. Elle a des démangeaisons terribles occasionnées par des insectes appelés « globe-trotter » que des agences promènent sans cesse à sa surface
9. On veut faire d’elle un vieux savant… Elle sait tout… Elle sait trop… Sa tête éclate…
10. Zut !!! La Terre en a assez… et d’un coup de comète, elle se fait sauter la boule…




vendredi 6 janvier 2017

Meilleurs voeux !




  L'Arche de Noé par André Hellé (1911) mise en scène.
(Collection Musée du jouet, ville de Poissy, photo R.P. Ribière )

vendredi 30 décembre 2016

Jouets d'illustrateurs






Un numéro spécial du magazine Collectionneur & chineur 
consacré aux jouets d'artistes et d'illustrateurs. 

Hellé y est bien entendu à l'honneur, en compagnie de bien d'autres, dont Carlègle, Caran d'Ache, Job, Benjamin Rabier, Poulbot, Hansi, etc.



mercredi 7 décembre 2016

L'éléphant qui roule


 

A l'exposition de la médiathèque André Hellé à Boissy-Saint-Léger, on peut admirer le très moderniste éléphant à roulettes créé par Hellé et Carlègle. 

Ce jouet est si rare qu'on n'en connaît aujourd'hui aucun exemplaire. Il a été recréé pour l'exposition à partir d'une photo prise lors de l'Exposition internationale des Arts décoratifs, industriels et modernes, en 1925. 

Il fallait l'oeil et le talent d'un véritable homme de l'art pour pouvoir faire ce travail avec la plus grande fidélité au modèle. Bravo à M. Pierre Vignaud, artisan de La Roche-sur-Yon spécialiste de la reproduction et restauration de jouets anciens en bois (informations ici : Ludijouet) !



 




 














vendredi 18 novembre 2016

Flip books numériques...


Une jolie idée de la Médiathèque André Hellé :

Animer  les gags de l'album Films (1924), 
pour en faire de vrais petits films.

Ces minuscules histoires sans parole rappellent l'humour du cinéma muet...

D'autres en ligne ici.